Pour le moment se tient à la Maison Européenne de la Photographie une grande exposition de Sebastio Salgado.
J'étais resté sur les photos de La Mine d'or de Serra Pelada et de cette multitude de mineurs qui gravissent les cratères. Très belles photos qui mettaient mal à l'aise, comment pouvait-on ressentir un sentiment esthétique en regardant ces photos qui racontaient la très difficile vie des mineurs ?
Cette ambiguïté de la photographie de Salgado m'avait éloigné de ce photographe. Avec l'exposition Genesis, présentée à la Maison Européenne de la Photographie, rien de cela.
Du noir et blanc très soigné, d'excellents tirages, des images admirables qui nous racontent le monde. Pas n'importe quel monde, celui qui est en train de disparaître. Admirons ce monde, ces montagnes, ces glaciers, ces animaux, ces forêts, ces hommes, et apprécions la démarche de Salgado qui photographie le tout avec beaucoup de respect. Apprécions aussi son engagement pour le reboisement de la forêt brésilienne et la sauvegarde de peuples en danger.